Etre féminine… un risque à prendre?

Aujourd’hui ce n’est pas une tenue du jour qui nous attend mais une banale histoire d’incivilité que j’ai vécu un après midi de la semaine et qui m’a un peu retournée. Une situation qui a dû surement arriver à plus d’une d’entre vous et qui est plus ou moins délicate à gérer…
J’étais seule à la terrasse d’un café en train d’attendre une amie. Quelques minutes après, un homme un peu glauque s’approche de moi en me demandant du feu. Gentiment, je lui réponds que je ne fume pas. Il rétorque qu’il est tombé sur la seule fille sur terre qui ne fumait pas. Puis il jette une pièce de 1€ sur la table et me dit « donne moi 50 centimes que je puisse boire un café avec toi ». Un peu abasourdie, je lui réponds toujours poliment mais cette fois fermement que NON puis je fais mine de détourner le regard. Il me contourne en me glissant discrètement un « salope » derrière mon dos avant d’essayer de taxer de l’argent aux personnes assises aux alentours. La grande classe! Entre la colère et le calme que j’essayais de garder, je n’ai pas rétorqué parce que dans ces cas là, une partie de moi même me dit que je dois passer au dessus, mais surtout que cette personne fait le double de moi et qu’elle réussirait à me décocher une droite qui m’amènerait directement à l’hosto!
Tout ça pour dire que la façon dont je m’habille pour aller faire du shopping ou tout simplement aller boire un verre avec mes copines le soir est souvent réfléchie. Force est de constater (et vous avez dû le remarquer aussi) que la façon dont on s’habille attire plus ou moins le regard des gens. On se fait beaucoup plus accoster dans la rue quand on porte des chaussures à talon ou une simple jupe. Parfois des mots salaces, parfois des insultes, parfois pire….
Et c’est en connaissance de cause. Il y a quelques années en rentrant chez moi, habillée d’une façon « élégante », une personne m’a suivie dans la rue. Arrivée à un croisement, elle m’interpelle, sort un couteau et me menace tout en m’obligeant à lui donner mon portefeuille. Terrorisée, je me suis exécutée sans dire mot.
Depuis ce jour, la rue est devenue synonyme d’insécurité pour moi. Les premières fois où j’ai du me rendre au centre ville après cette mésaventure furent un calvaire. Aujourd’hui, bien que cette histoire soit bien loin derrière, je me dis que plus je passe inaperçue dans la jungle urbaine, moins j’ai de chance qu’il m’arrive malheur. Alors oui, c’est vrai qu’on me dit parfois que j’ai des TONNES de chaussures à talon (que j’aime d’amour!) que je mets rarement et que je suis toujours en ballerine. Mais c’est pour moi synonyme de tranquillité! Et croyez moi, c’est parfois un vrai crève coeur pour une shoes addict que d’enfiler un jean et des baskets pour aller faire du shopping toute seule!
Alors NON s’habiller comme une fashion victim ça ne se passe pas toujours comme dans les films! Et OUI, la vie n’est pas toujours rose pour les princesses…!

charlotte3